Après quelques années passées dans le made in France, dans la mode marine et l'accessoire, j’ai eu envie d’ouvrir mon esprit et découvrir l’autre dans ses différences, via mon travail, la mode et le web.

L’idée première était de recenser toutes les marques de gants au monde (loisir et mode), sélectionner les meilleures, et créer une boutique en ligne de marques uniquement spécialisée dans le gant. Je partais d’un constat somme tout assez simple : en interrogeant autour de moi, rares étaient les personnes capables de me citer spontanément une marque de gants référente, une marque qui fasse un peu rêver, qui mette tout le monde d’accord, tant en homme qu’en femme.

Alors je me suis mis à chercher des marques de gants : aux Etats-Unis, en Islande, en Norvège, en passant par l’Italie et le Brésil. Et force a été de constater que je n’ai pas trouvé grand-chose.

Et puis je suis passé par le Japon. Et là j’ai trouvé Evolg. J’ai eu immédiatement le sentiment de me trouver face à la meilleure marque de gants au monde. Des gants pensés avant toute chose pour les téléphones portables. Quelle bonne idée ! Une technologie incroyable ; impossible de faire mieux. Avec du look et du confort. Des mélanges de couleur improbables. Des associations de matières jamais vues ailleurs. Du cuir et de la maille, de la laine avec de la fausse fourrure. Le Japon, quoi. Mode et Modernité. Une recherche de qualité et d'authenticité, mais aussi cet aspect technologique très poussé, avec le souci de l’utilisation de son portable, objet désormais scotché dans nos mains, jeunes et moins jeunes.

Et aussi des gants made in Japan ça m’a tout de suite tenté. Plus excitant que le département d’à côté. Peut-être un peu plus sérieux aussi ? Alors j’ai contacté Fumio et Toru. Et après quelques longs mois de discussions, nous avons décidé de nous jeter à l’eau : eux acceptant de travailler avec un Français – peut-on leur faire confiance – et moi avec deux inconnus du bout du monde.  

Après une première saison test, les choses sérieuses vont commencer. Une cinquantaine de revendeurs Français ont bien voulu me faire confiance, et croire en ce produit que je sens devenir incontournable. Ainsi qu'une dizaine en Allemagne, Luxembourg, Suisse ou Pologne. Peut-être le début d’une belle aventure Franco-Japonaise, histoire de gants, mais aussi une belle histoire tout court.

 

                                                                                                              A. LOISEL